Qui êtes-vous ?

Ma photo
ça commence par de l'écriture, à base de fortes impressions ou d'appréhensions sur l'actualité. Les mots me font plonger dans un environnement qui bouscule mon état d'esprit. Et me voilà en train de le détourner, de balancer des messages à coup de couleurs euphoriques, d'animations, de sons "qui la ramènent" et de performances. Ces expérimentations polyphoniques me permettent d'exprimer un langage par rapport à ces divers brouhahas sonores ou écrits visuels qui nous entourent. "Je reste à côté de ma bouche. En face, il y a ma langue qui pend" SEYHMUS DAGTEKIN

lundi 2 novembre 2020

Aux oubliettes

Tu n'as pas chômé
2020 est à oublier
Le monde d'après est fait de revenants
Qu'ils semblent loin ces applaudissements

T'es resté bouche bée
Bouche cachée derrière un masque souillé
L'incertitude mène à la faiblesse
Nos neurones sont en PLS 

Tu n'as pas pensé
Que l'égoisme allait perdurer
Du profit menace notre air
Soit disant que nous sommes en guerre

T'as les yeux hagards
Scénario morbide, mauvaise histoire
L'Humain est une drôle d'espèce
Qui parade sans sagesse

Tu as le coeur ravagé
Injustices de justesse justifiées
Le casting balbutie la protection
Au gré du soin, de l'attention

Ton espoir est sous perfusion
Le ciel est d'une couleur amère
Le fracas boue en perdition, et
Les opinions brûlent l'atmosphère

Tu as le cerveau échaudé
La colère a bon dos
Les carapaces font la brasse coulée
Adieu veaux, vaches, cochons, bonjour ego

Tu as l'esprit en filigrane
Qui en a ras le bol et plein le crâne
Y a l'audace qui crie famine
Combien sommes-nous en première ligne...

 

 © Olivia

dimanche 27 septembre 2020

En voiture Simone

Oh oui, klaxonne moi dessus
Libère ta frustration
Soumets moi ton ego pré pubère
Surtout si ça bouchonne
J'aime quand ton ardeur passe au vert
Ton humanité qui dysfonctionne
Que tu te crois seul sur terre..
Vrombis moi ta puissance
Electrise ton indifférence
Motorise moi sur la tronche
Ces aléas qui te font défaut
Et dont tu te fous à un vitesse folle
Oui, insiste en appelant
Mes yeux par tes phares
Injure mes compétences
Laisse moi sur la bande d'arrêt d'urgence
Que je me remette de ton insousciance!

 

 © Olivia

lundi 7 septembre 2020

En[chantier] jeune égaré...

Oh sombre héros irréprochable
Qui es-tu pour juger ainsi?
Tu as des soucis dans la vie?
ça tombe bien: nous aussi!
Certes, ce n'est pas la même gangrène
Qui nous surveille, nous malmène
Avant de comprendre
Que tu n'es pas tendre
Tu comptes te tirer...
Combien de balles dans le pied?
Sommes-nous tes ennemis?
J'en doute fort, cher ami
Ta "sombrero" me le montre
Par le degré zéro de ta lucidité
Biberonné de la sorte
Sont fermées les portes
De ta clairvoyance
Stop! Cette fichue distance!
Ce n'est pas en chiant sur ton prochain
Que nous irons droit dans le même chemin
Soit, la pénitence est lourde, libre à
Toi de ne pas avoir les oreilles sourdes!
Nous morflons ce même labeur, mon pote,
Sans en avoir la tête de despotes
Cherche autre part tes disputes
Tes louanges, tes sales buts
Nous, on n'a rien quémandé
Nous, on se demande juste jusqu'où:
"Iras-tu t'égarer?"
 
 
 
© Olivia

lundi 6 juillet 2020

bonjour Mr Morricone

Bonjour Mr Morricone
Je m'appelle Olivia
Nous ne nous connaissions pas
Si ce n'est grâce à mon papa

Vos musiques résonnent
Elles demeurent éternelles
Surtout de par ces westerns
Dont mon père était aphone

Je me connectais à lui
Via vos notes magistrales
Me délectant de ces films
Ponctués de vos résonnances verbales

Aujourd'hui vous n'êtes plus
ça tombe bien lui aussi
Peut-être qu'un compromis
Serait le bienvenu

Par le biais de l'au-delà
D'où réside nulle frontière
Naît une belle manière
De conter vos émois

© Olivia

dimanche 5 juillet 2020

Tu le mérites

Nous nous sommes revues
Lors d'une nuit soudaine
Tu me souriais, ingénue
Alors que tu ne fus plus mienne

Tu ne me vouais nulle haine
A travers cette douceur chat-leureux
Je voyais bien que mon vœu pieux
Ne se changerait en source pérenne

De ce monde inconnu
Je comprends que c'est le trépas
Je t'espère une autre vie
De nouveau en tant que chat

Je souhaite que ma peine
S'associe à ton indulgence
Une nouvelle vie sereine
T'attends en toute insouciance...


© Olivia

mercredi 17 juin 2020

Et plus si immortalité

Coupures plus que plurielles
Bonjour les préjugés
Qui te font croire superficiel
Adieu amours innés

Mon tic-tac me fend le cœur
Egarés sont sentiments et heurts
Le bonheur est malicieux
Il dort près du mot heureux

Et aucunement bavard
Il n'est jamais trop tard
En bravant la raison
Orchestrons nos passions

Personnes perdues contre mon gré
Que j'ai aimées
Que j'ai fantasmées
Que j'ai voulu côtoyées
Et plus si immortalité
...
Que fous ce vaccin de l'immunité?

© Olivia

mercredi 10 juin 2020

un coeur à pendre

Suis-je un cœur à pendre?
Un être humain dont on désire des cendres?
Une âme bancale, qui ne voit pas nette
Sans s'en préoccuper, en la laissant muette...
Une étude qui ne peut réagir
Ai-je lieu de devoir m'assagir?
Je me méprends moi-même
Sans espérer nuire à autrui
Mes sentiments sont exquis
Et, pourtant, ils sonnent blêmes
Jamais je n'ai voulu de problèmes...
Suis-je un cœur à pendre?
Comme une belle offrande
Sur laquelle se défouler
Afin de mieux voiler
Ses propres malentendus
J'avance tout en étant déchu...
Un cœur à pendre qui sonne creux,
Dansant dans les méandres de jours heureux,
Un cœur à pendre qu'on ne veut défendre
Et qu'il me tint de le voir rêver...


© Olivia

Archive du blog